Une terre des religions

Forum religions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'islam des fondamentalistes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Ange gardien du forum.
Ange gardien du forum.
avatar

Féminin Nombre de messages : 208
Age : 46
Localisation : Poitiers
Emploi : emploi? C'est quoi ça emploi?
croyance: : pas vraiment agnostique mais pas vraiment athée non plus
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: L'islam des fondamentalistes.   Sam 23 Sep - 11:54

Le problème cher David, c'est que les fondamentalistes massacrent AUSSI des musulmans.



Modération:
le titre de ce toppic est provisoire, je vous laisse choisir le titre de ce fil .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques.forumculture.net/index.forum
DavidLeMarrec
Mr Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 134
Emploi : à deux doigts de se retrouver avec l'avatar Bisounours ...
croyance: : syncrétisme gascon
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Dim 24 Sep - 5:06

calbo a écrit:
Le problème cher David, c'est que les fondamentalistes massacrent AUSSI des musulmans.
Il y a fondamentalistes et fondamentalistes - mais là on dévie nettement du fil, MlleV pourra le sectionner !

D'une part, le terme de fondamentaliste n'a pas trop de sens ici, puisque si on est musulman, a priori on considère que le Coran est la parole littérale de Dieu, donc peu sujette à caution. Ce qui n'empêche pas de nombreuses personnes de l'interpréter bien plus librement et pacifiquement, nous sommes parfaitement d'accord.

D'autre part, je ne dis pas que le terrorisme islamique est parfaitement en respect du principe coranique - je n'en ai pas vraiment d'idée... J'imagine, à vue de nez, que vu la récompense des martyrs, fussent-ils non consentants, c'est assez faisable, mais il faudrait, là, effectuer une étude plus précise, notamment autour de l'idée de suicide, dans certains cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
karajan67
compagnon de la 1ère heure
compagnon de la 1ère heure
avatar

Masculin Nombre de messages : 137
Age : 34
Localisation : Strasbourg
Emploi : Etudiant/accessoirement Grand Clerc-responsable de la cathédrale de Strasbourg
croyance: : Catholique pratiquant
Date d'inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Mer 4 Oct - 22:49

Citation :
que le Coran est la parole littérale de Dieu, donc peu sujette à caution. Ce qui n'empêche pas de nombreuses personnes de l'interpréter bien plus librement et pacifiquement, nous sommes parfaitement d'accord.

Le probleme en la rédaction du Coran par Mahomet. Un jour, vers l'an 610, il eut une vision comme "comme le surgissement de l'aube", il entendu une voix, il vit, selon la tradition, l'archange gabriel (Djibril en arabe) qui lui transmettait des paroles de Dieu. D'abord effrayé, suspectant une manoeuvre de Satan, il s'habitua peu a peu a recevoir ces paroles, il les répéta à son entourage et, plus tard les dicta à un secrétaire. C'est notations écrites, plus tard mise en ordre devaient former le Coran "récitations" en arabe. Avec pour themes notemment la dénonciation des riches, des puissants avident de leurs richesses. On les adjure de se soumettre au Créateur unique et tout-puissant, Allah, qui leur demandera des comptes au jour terrible du jugement dernier. Ils devront suivre les conseils du modeste "avertisseur" qu'est Mahomet, se montrer humbles et justes, donner une part de leurs biens aux pauvres et aux orphelins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arenepolitique.actifforum.com
DavidLeMarrec
Mr Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 134
Emploi : à deux doigts de se retrouver avec l'avatar Bisounours ...
croyance: : syncrétisme gascon
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Jeu 5 Oct - 1:11

Tout à fait, mais les variantes ont toutes été supprimées, et le Coran actuel considéré comme la parole littérale (c'est pour cela qu'il faut le lire en arabe, les autres n'étant qu'indicatifs).

Evidemment, si on considère qu'Allah a été inventé au VIIe siècle et que le Coran n'est qu'une retranscription déformée d'une hallucination, on n'est pas très musulman... à mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Ange gardien du forum.
Ange gardien du forum.
avatar

Féminin Nombre de messages : 208
Age : 46
Localisation : Poitiers
Emploi : emploi? C'est quoi ça emploi?
croyance: : pas vraiment agnostique mais pas vraiment athée non plus
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Jeu 5 Oct - 10:59

hallucination? non je ne pense pas. Je pense que le coran a été relativement fidèlement retranscrit; par contre ce sont les interprétations des immams qui déforment les propos du prophète et ammènent de ce fait la montée du fondamentalisme.
N'oublions pas que le buisson ardent de Moïse pourrait aussi être une hallucination, et dans ce cas le judaïsme puis la chrétienté n'auraient pas non plus de raison d'être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques.forumculture.net/index.forum
DavidLeMarrec
Mr Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 134
Emploi : à deux doigts de se retrouver avec l'avatar Bisounours ...
croyance: : syncrétisme gascon
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Jeu 5 Oct - 14:29

calbo a écrit:
hallucination? non je ne pense pas. Je pense que le coran a été relativement fidèlement retranscrit;
Ce que je veux dire est que, par définition, un croyant croit que cette parole est fidèlement retranscrite - sinon ce ne serait pas un croyant.

Aucun jugement de valeur de ma part

Citation :
N'oublions pas que le buisson ardent de Moïse pourrait aussi être une hallucination, et dans ce cas le judaïsme puis la chrétienté n'auraient pas non plus de raison d'être.
C'est précisément ce que je veux dire : quelle que soit la genèse du Coran, il est considéré comme la parole littérale de Dieu, c'est le propre de la foi que de croire.


Citation :
par contre ce sont les interprétations des immams qui déforment les propos du prophète et ammènent de ce fait la montée du fondamentalisme.
C'est une autre question.

Mais je ne suis pas du tout convaincu qu'il y ait déformation lorsqu'on appelle à coloniser l'Europe (discours Khadafi) ou à "faire une croix" sur Israël. C'est la conséquence logique du contenu du texte, qui est un outil de guerre du septième siècle et accuse un peu son âge.
Encore une fois, cela n'empêche nullement certains musulmans d'appliquer avec clairvoyance ces textes - c'est-à-dire avec une certaine distance. Les successeurs d'Averroès, en somme - qui stipulait que lorsque le Coran heurtait la Raison, il fallait dans le doute suivre la Raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Ange gardien du forum.
Ange gardien du forum.
avatar

Féminin Nombre de messages : 208
Age : 46
Localisation : Poitiers
Emploi : emploi? C'est quoi ça emploi?
croyance: : pas vraiment agnostique mais pas vraiment athée non plus
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Jeu 5 Oct - 20:34

Les fameux hadifs (ou commentaires du coran, j'écris ici phonétiquement, excusez moi, Embarassed ) font dire au corans ce qu'ils veulent. Et c'est bien la le problème, David, car deux immams feront dire à la même sourate deux choses opposées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques.forumculture.net/index.forum
taoufiq
clavier de papier
clavier de papier


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Dim 19 Nov - 22:30

Pour commencer il faut comprendre avant tout ce que veut dire fondamentaliste sinon on parle beaucoup aussi du fondamentalistes chrétiens protestants au Etats-unis!.Et sincerement et cela personne ne peut le nier il y a une attaque en règle contre l'Islam et les musulmans depuis un certains temps et l'apparition d'étiquettes qu'on a collé aux musulmans comme intégristes,islamiste,fondamentalistes,ect...

Il est vrai aussi comme il a été dit par l'écrivain Sophie Bessis il y a de l'éxageration dans tout cela et elle donne son avis sur ce point!

Le "barbare", depuis la fin de la guerre froide et son exigence d’un "Satan de rechange", c’est le plus souvent le musulman, "autrefois conquérant, naguère dominé et aujourd’hui revanchard", d’autant plus effrayant qu’il est proche – à la fois historiquement et à travers la présence des communautés immigrées. ......


Cet opprobre jeté sur l’islam oblige à gommer son influence sur la civilisation occidentale. Il explique la vogue de l’adjectif "judéo-chrétien", qui permet à la fois de se dédouaner en un clin d’œil de siècles d’antisémitisme, de "censurer l’existence historique du judaïsme oriental", et d’expulser l’islam de l’histoire occidentale, en faisant de lui "le tiers exclus de la révélation abrahamique"


Dernière édition par le Dim 19 Nov - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Ange gardien du forum.
Ange gardien du forum.
avatar

Féminin Nombre de messages : 208
Age : 46
Localisation : Poitiers
Emploi : emploi? C'est quoi ça emploi?
croyance: : pas vraiment agnostique mais pas vraiment athée non plus
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Dim 19 Nov - 22:34

bienvenue Taoufiq.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques.forumculture.net/index.forum
taoufiq
clavier de papier
clavier de papier


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Dim 19 Nov - 22:41

karajan67 a écrit:
Citation :
que le Coran est la parole littérale de Dieu, donc peu sujette à caution. Ce qui n'empêche pas de nombreuses personnes de l'interpréter bien plus librement et pacifiquement, nous sommes parfaitement d'accord.

Le probleme en la rédaction du Coran par Mahomet. Un jour, vers l'an 610, il eut une vision comme "comme le surgissement de l'aube", il entendu une voix, il vit, selon la tradition, l'archange gabriel (Djibril en arabe) qui lui transmettait des paroles de Dieu. D'abord effrayé, suspectant une manoeuvre de Satan, il s'habitua peu a peu a recevoir ces paroles, il les répéta à son entourage et, plus tard les dicta à un secrétaire. C'est notations écrites, plus tard mise en ordre devaient former le Coran "récitations" en arabe. Avec pour themes notemment la dénonciation des riches, des puissants avident de leurs richesses. On les adjure de se soumettre au Créateur unique et tout-puissant, Allah, qui leur demandera des comptes au jour terrible du jugement dernier. Ils devront suivre les conseils du modeste "avertisseur" qu'est Mahomet, se montrer humbles et justes, donner une part de leurs biens aux pauvres et aux orphelins...

En fait les premières révélations du Coran portent particulièrement sur la création de l'univers et de l'homme .Les nouvelles données à l'idéologie païenne portaient aussi sur la puissance divine, intervenant dans les faits et gestes des hommes.

Les versets de la première période critiquaient la manière de vivre des Mecquois. Ils vitupéraient leur conduite à l'égard de l'orphelin et du pauvre ainsi que leur tendance à thésauriser au point de devenir avares .Comme exemple:"Vois-tu celui qui traite de mensonge le jugement? C'est celui qui repousse l'orphelin et qui n'encourage personne à nourrir le pauvre".


"Quand à l'orphelin ne le brime pas. Quand au mendiant ne le repousse pas. Quand aux bienfaits de ton seigneur raconte-les".

"Non vous n'honorez pas l'orphelin; vous ne vous encouragez pas mutuellement à nourrir le pauvre;vous dévorez avec avidité les héritages,vous aimez les richesses sans bornes".

Dés qu'il commença à prendre forme, l'islam était aussitôt perçu par la bourgeoisie mecquoise comme une sérieuse et dangereuse menace. Pendant un ans raconte un des pionniers nous avons caché l'Islam. Nous n'avons célébré les offices que dans les maisons à portes fermées ou dans les défilés des montagnes autour de la ville.


Les mecquois avaient pleinement conscience que les préceptes moraux de l'Islam renfermaient une source en mesure d'édifier un nouvel ordre social qui sonnerait le glas de leur hégémonie.
Le Coran introduisait une notion contraire à l'idée que les mecquois se faisaient de leurs richesses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taoufiq
clavier de papier
clavier de papier


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Dim 19 Nov - 22:51

DavidLeMarrec a écrit:
Tout à fait, mais les variantes ont toutes été supprimées, et le Coran actuel considéré comme la parole littérale (c'est pour cela qu'il faut le lire en arabe, les autres n'étant qu'indicatifs).

Evidemment, si on considère qu'Allah a été inventé au VIIe siècle et que le Coran n'est qu'une retranscription déformée d'une hallucination, on n'est pas très musulman... à mon avis.


Il y a une étude qui a été fait par l'écrivain Algerien Malek Bennabi:

Dans une étude critique sur l’islam, on ne peut pas dispenser d’un examen préalable des documents scriptural ou historiques qui peuvent apporter sur le phénomène coranique quelque lumière.

Or ce problème historique est résolu pour l’Islam d’une manière exceptionnelle : de toutes les religions, il est, en effet, la seule dont les sources aient été fixées dès l’origine, du moins quant à l’essentiel : le Coran.

Ce livre a eu le privilège unique de se transmettre depuis bientôt quatorze siècles sans avoir subi aucune altération, connu d’apocryphes d’aucune sorte.

Cette conservation a néanmoins son histoire : Au fur et à mesure de la révélation, les versets coraniques étaient fixés dans la mémoire de Mohammed et de ses disciples, et consignés aussitôt par l’écriture, par des secrétaires particuliers qui utilisaient pour cela n’importe quel objet plat : omoplate de mouton, bout de parchemin, etc...

Si bien qu’à la mort du prophète, le Coran se trouvait fixé oralement et par écrit, et au besoin une confrontation entre les versions était toujours possible s’il s’agissait, par exemple, d’une variante d’ordre prophétique ou d’ordre dialectal.


D’ailleurs, cette confrontation sera faite à deux reprises, et la manière même dont ce travail avait été exécuté est en soi un événement considérable dans l’histoire de la technique intellectuelle humaine. Pour la première fois, se manifestaient dans une entreprise intellectuelle, les qualités de méthode et de rigueur qui sont aujourd’hui l’apanage de l’esprit scientifique.

Une première commission désignée par le Khalif Abou Bekr - et présidée par Zeid Ben Thabet, le même qui était le secrétaire du « Wahy » du vivant du Prophète - fit le premier classement écrit du Coran. Zeid sembla tout d’abord se récuser pour deux raisons : l’une, celle du disciple qui ne veut pas prendre une initiative que n’avait pas envisagée, ni prise le Maître, l’autre celle du croyant à l’esprit rigoureux qui s’effraye d’avance à la perspective de la moindre erreur dans l’exécution de sa mission. Néanmoins, cette tâche se trouva accomplie grâce aux efforts conjugués et consciencieux des membres de la commission. La méthode suivie était simple mais rigoureuse : ils savaient tous le Coran par cœur, et dans l’ordre même où ils l’avaient appris, en compagnie et sous la direction du Prophète. S’il y avait une variante, pour lever le doute à son sujet, ils consultaient les pièces sur lesquelles avaient été consignés les versets lors de leur révélation.

Sans se satisfaire de ces précautions déjà remarquables, Zeid et Omar allaient, par surcroît, à la porte de la Mosquée de médine et là, ils recevaient les témoignages des autres compagnons, en confirmation de la version arrêtée par la commission elle-même.

Mais ces travaux avaient fixé le texte coranique avec des variantes dues aux dialectes usuels de l’Arabie djahilienne.

Cependant, Othman, le troisième Khalife, ne voudra plus de ces variantes et ordonnera qu’une seule et unique version soit rédigée dans la langue de Koreich.

Une deuxième commission, présidée encore par Zeid, sera chargée de cette nouvelle entreprise. Elle a cette fois-ci pour mission de fixer définitivement le texte coranique dans une seule langue, afin que la diversité dialectale ne soit pas une cause d’inharmonie dans la communauté musulmane. La commission finissait ses travaux en l’an 25 H.

Depuis cette époque, le Coran s’est transmis de génération en génération dans une seule et unique forme connue depuis le Maroc jusqu’aux frontières du Mandchoukouo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taoufiq
clavier de papier
clavier de papier


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Dim 19 Nov - 22:54

calbo a écrit:
Les fameux hadifs (ou commentaires du coran, j'écris ici phonétiquement, excusez moi, Embarassed ) font dire au corans ce qu'ils veulent. Et c'est bien la le problème, David, car deux immams feront dire à la même sourate deux choses opposées.

Malek Bennabi ajoute aussi:


La seconde source scripturaire de l’Islam se trouve dans les paroles du prophète ou Hadiths. Malheureusement, cette source n’est pas historiquement aussi certaine que la première : les Hadiths n’ont pas été conservés avec le même soin méthodique que les versets coraniques. De son vivant même, le Prophète défendait énergiquement à ses compagnons d’écrire sa parole afin qu’il n’y ait pas, dans la suite, de confusion possible entre cette parole et un verset révélé, entre la tradition et le Coran.

Ce n’est que bien après la mort du Prophète que l’importance des Hadiths se révéla, au point de vue juridique surtout, comme une seconde source du droit musulman. Cette notion s’était déjà manifestée dans l’histoire du droit musulman lors du départ de Moadh, ce compagnon du Prophète qui fut désigné par lui-même pour aller enseigner l’Islam au Yémen, après la bataille de Honain. Comme pour lui poser un test, Mohammed lui avait demandé : « Comment ferais-tu pour trancher un cas litigieux ? et le disciple répondit : « J’appliquerais le précepte coranique, ou à défaut je me référerais à une tradition, et enfin, si celle-ci manque, je m’en rapporterais à mon jugement ». Mohammed approuva cette façon de voir chez son disciple qui exposait incidemment la seconde source du droit musulman.

Aussi, quand ce droit se développera avec les besoins croissants de la société musulmane, les docteurs voudront alors fixer d’une manière aussi certaine que possible les hadiths qui devaient devenir un élément essentiel de la doctrine juridique.

Cependant, l’écart entre l’époque où ce travail devait s’accomplir et la mort du Prophète était encore assez important pour qu’il n’y ait pas eu, dans cet intervalle, de nombreuses altérations et une multitude d’apocryphes parmi les Hadiths authentiques. Dés lors, il s’agissait d’élaborer une méthode critique susceptible de séparer ce qui était authentique de ce qui ne l’était pas. On adopta pour méthode, la critique historique qui consistait à vérifier la continuité et la valeur morale de la chaîne par laquelle le Hadith était parvenu jusqu’aux traditionnistes.

Ces derniers furent ainsi amenés à considérer, selon le degré de certitude historique, trois groupes de Hadiths : l’authentique, le douteux et le faux.

Telles sont, dans leur état actuel, les sources scripturaires de l’Islam : le verset coranique susceptible d’être utilisé comme document historique absolument certain, et le Hadith, plus ou moins certain et qui ne doit être utilisé, en tout cas, dans une étude critique qu’avec les précautions qui se dégagent des méthodes mêmes suivies par des traditionnistes savants et consciencieux comme Bukhâri et Muslem.

Avec ces précautions, les deux sources que peut utiliser l’islamologie, deviennent aussi sûres l’une que l’autre, et il y aurait un véritable snobisme intellectuel à écarter systématiquement les documents que fournit la tradition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Ange gardien du forum.
Ange gardien du forum.
avatar

Féminin Nombre de messages : 208
Age : 46
Localisation : Poitiers
Emploi : emploi? C'est quoi ça emploi?
croyance: : pas vraiment agnostique mais pas vraiment athée non plus
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Dim 19 Nov - 22:59

Merci pour tous ces éclairssicements, taoufiq.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques.forumculture.net/index.forum
DavidLeMarrec
Mr Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 134
Emploi : à deux doigts de se retrouver avec l'avatar Bisounours ...
croyance: : syncrétisme gascon
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Lun 20 Nov - 1:24

taoufiq a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Tout à fait, mais les variantes ont toutes été supprimées, et le Coran actuel considéré comme la parole littérale (c'est pour cela qu'il faut le lire en arabe, les autres n'étant qu'indicatifs).

Evidemment, si on considère qu'Allah a été inventé au VIIe siècle et que le Coran n'est qu'une retranscription déformée d'une hallucination, on n'est pas très musulman... à mon avis.


Il y a une étude qui a été fait par l'écrivain Algerien Malek Bennabi:

Dans une étude critique sur l’islam, on ne peut pas dispenser d’un examen préalable des documents scriptural ou historiques qui peuvent apporter sur le phénomène coranique quelque lumière.

Or ce problème historique est résolu pour l’Islam d’une manière exceptionnelle : de toutes les religions, il est, en effet, la seule dont les sources aient été fixées dès l’origine, du moins quant à l’essentiel : le Coran.

Ce livre a eu le privilège unique de se transmettre depuis bientôt quatorze siècles sans avoir subi aucune altération, connu d’apocryphes d’aucune sorte.
Première nouvelle. Les Corans (pardon pour le pluriel blasphématoire) étaient au moins au nombre de trois, et deux d'entre eux ont été supprimés pour rendre la parole crédible et appliquable.


Citation :
Cette conservation a néanmoins son histoire : Au fur et à mesure de la révélation, les versets coraniques étaient fixés dans la mémoire de Mohammed et de ses disciples, et consignés aussitôt par l’écriture, par des secrétaires particuliers qui utilisaient pour cela n’importe quel objet plat : omoplate de mouton, bout de parchemin, etc...

Si bien qu’à la mort du prophète, le Coran se trouvait fixé oralement et par écrit, et au besoin une confrontation entre les versions était toujours possible s’il s’agissait, par exemple, d’une variante d’ordre prophétique ou d’ordre dialectal.

D’ailleurs, cette confrontation sera faite à deux reprises, et la manière même dont ce travail avait été exécuté est en soi un événement considérable dans l’histoire de la technique intellectuelle humaine. Pour la première fois, se manifestaient dans une entreprise intellectuelle, les qualités de méthode et de rigueur qui sont aujourd’hui l’apanage de l’esprit scientifique.

Une première commission désignée par le Khalif Abou Bekr - et présidée par Zeid Ben Thabet, le même qui était le secrétaire du « Wahy » du vivant du Prophète - fit le premier classement écrit du Coran. Zeid sembla tout d’abord se récuser pour deux raisons : l’une, celle du disciple qui ne veut pas prendre une initiative que n’avait pas envisagée, ni prise le Maître, l’autre celle du croyant à l’esprit rigoureux qui s’effraye d’avance à la perspective de la moindre erreur dans l’exécution de sa mission. Néanmoins, cette tâche se trouva accomplie grâce aux efforts conjugués et consciencieux des membres de la commission. La méthode suivie était simple mais rigoureuse : ils savaient tous le Coran par cœur, et dans l’ordre même où ils l’avaient appris, en compagnie et sous la direction du Prophète. S’il y avait une variante, pour lever le doute à son sujet, ils consultaient les pièces sur lesquelles avaient été consignés les versets lors de leur révélation.

Sans se satisfaire de ces précautions déjà remarquables, Zeid et Omar allaient, par surcroît, à la porte de la Mosquée de médine et là, ils recevaient les témoignages des autres compagnons, en confirmation de la version arrêtée par la commission elle-même.

Mais ces travaux avaient fixé le texte coranique avec des variantes dues aux dialectes usuels de l’Arabie djahilienne.

Cependant, Othman, le troisième Khalife, ne voudra plus de ces variantes et ordonnera qu’une seule et unique version soit rédigée dans la langue de Koreich.

Une deuxième commission, présidée encore par Zeid, sera chargée de cette nouvelle entreprise. Elle a cette fois-ci pour mission de fixer définitivement le texte coranique dans une seule langue, afin que la diversité dialectale ne soit pas une cause d’inharmonie dans la communauté musulmane. La commission finissait ses travaux en l’an 25 H.

Depuis cette époque, le Coran s’est transmis de génération en génération dans une seule et unique forme connue depuis le Maroc jusqu’aux frontières du Mandchoukouo.
On est tout de même largement dans l'hagiographie. Il existait plusieurs versions, certaines ont été supprimées, à la bonne heure. Si la mémoire avait été exacte, la transmission n'aurait pas posé ces problèmes, fussent-ils dialectaux.
J'entends bien que c'est un point sensible pour la théologie musulmane, au même titre que le darwinisme pour les religions du Livre.


taoufiq a écrit:
Et sincerement et cela personne ne peut le nier il y a une attaque en règle contre l'Islam et les musulmans depuis un certains temps et l'apparition d'étiquettes qu'on a collé aux musulmans comme intégristes,islamiste,fondamentalistes,ect...
Il y a un double mouvement. Une défiance généralisée contre l'islam d'une part, et d'autre part en réaction un discours intellectuel qui interdit tout discours hostile fondamentalement à l'islam, alors qu'on peut tout à fait les produire contre un parti politique ou contre autre religion.

Par ailleurs, la majuscule qu'on met parfois avec déférence à l'islam en atteste : on n'en met pas à catholicisme ou bouddhisme.


Citation :
Il est vrai aussi comme il a été dit par l'écrivain Sophie Bessis il y a de l'éxageration dans tout cela et elle donne son avis sur ce point!
On tout dit sur l'islam, de toute façon. Mes sources sont autres, mais qu'importe.

Citation :
autant plus effrayant qu’il est proche – à la fois historiquement et à travers la présence des communautés immigrées. ......
C'est l'évidence. Il est éloigné culturellement, mais proche géographique, et ça fait peur à bon compte.

Citation :
Cet opprobre jeté sur l’islam oblige à gommer son influence sur la civilisation occidentale. Il explique la vogue de l’adjectif "judéo-chrétien", qui permet à la fois de se dédouaner en un clin d’œil de siècles d’antisémitisme, de "censurer l’existence historique du judaïsme oriental", et d’expulser l’islam de l’histoire occidentale, en faisant de lui "le tiers exclus de la révélation abrahamique"
Mouais. Je suis d'accord que le terme n'est pas heureux (le rapport entre le néoplatonicisme chrétien et le judaïsme ? pas plus ni moins qu'avec l'islam en tout cas), mais il est beaucoup utilisé pour critiquer le christianisme et la culture occidentale par ses propres ressortissants, l'accusation ne me paraît donc pas pleinement fondée.
Par ailleurs, la remarque linguistique est intéressante.


Dernière édition par le Lun 20 Nov - 1:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mr Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 134
Emploi : à deux doigts de se retrouver avec l'avatar Bisounours ...
croyance: : syncrétisme gascon
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Lun 20 Nov - 1:24

taoufiq a écrit:
karajan67 a écrit:
Citation :
que le Coran est la parole littérale de Dieu, donc peu sujette à caution. Ce qui n'empêche pas de nombreuses personnes de l'interpréter bien plus librement et pacifiquement, nous sommes parfaitement d'accord.

Le probleme en la rédaction du Coran par Mahomet. Un jour, vers l'an 610, il eut une vision comme "comme le surgissement de l'aube", il entendu une voix, il vit, selon la tradition, l'archange gabriel (Djibril en arabe) qui lui transmettait des paroles de Dieu. D'abord effrayé, suspectant une manoeuvre de Satan, il s'habitua peu a peu a recevoir ces paroles, il les répéta à son entourage et, plus tard les dicta à un secrétaire. C'est notations écrites, plus tard mise en ordre devaient former le Coran "récitations" en arabe. Avec pour themes notemment la dénonciation des riches, des puissants avident de leurs richesses. On les adjure de se soumettre au Créateur unique et tout-puissant, Allah, qui leur demandera des comptes au jour terrible du jugement dernier. Ils devront suivre les conseils du modeste "avertisseur" qu'est Mahomet, se montrer humbles et justes, donner une part de leurs biens aux pauvres et aux orphelins...

En fait les premières révélations du Coran portent particulièrement sur la création de l'univers et de l'homme .Les nouvelles données à l'idéologie païenne portaient aussi sur la puissance divine, intervenant dans les faits et gestes des hommes.

Les versets de la première période critiquaient la manière de vivre des Mecquois. Ils vitupéraient leur conduite à l'égard de l'orphelin et du pauvre ainsi que leur tendance à thésauriser au point de devenir avares .Comme exemple:"Vois-tu celui qui traite de mensonge le jugement? C'est celui qui repousse l'orphelin et qui n'encourage personne à nourrir le pauvre".


"Quand à l'orphelin ne le brime pas. Quand au mendiant ne le repousse pas. Quand aux bienfaits de ton seigneur raconte-les".

"Non vous n'honorez pas l'orphelin; vous ne vous encouragez pas mutuellement à nourrir le pauvre;vous dévorez avec avidité les héritages,vous aimez les richesses sans bornes".

Dés qu'il commença à prendre forme, l'islam était aussitôt perçu par la bourgeoisie mecquoise comme une sérieuse et dangereuse menace. Pendant un ans raconte un des pionniers nous avons caché l'Islam. Nous n'avons célébré les offices que dans les maisons à portes fermées ou dans les défilés des montagnes autour de la ville.


Les mecquois avaient pleinement conscience que les préceptes moraux de l'Islam renfermaient une source en mesure d'édifier un nouvel ordre social qui sonnerait le glas de leur hégémonie.
Le Coran introduisait une notion contraire à l'idée que les mecquois se faisaient de leurs richesses.
Personne ne dit le contraire. En revanche, Taoufiq, pourrais-tu sourcer tes citations ? C'est demandé dans la charte de MlleV, et ce serait plus simple pour suivre.

taoufiq a écrit:
Avec ces précautions, les deux sources que peut utiliser l’islamologie, deviennent aussi sûres l’une que l’autre, et il y aurait un véritable snobisme intellectuel à écarter systématiquement les documents que fournit la tradition.
Je crois que personne n'y songe.

A vrai dire, je ne saisis pas parfaitement l'objet de toutes tes démonstrations, au demeurant fort intéressantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Ange gardien du forum.
Ange gardien du forum.
avatar

Féminin Nombre de messages : 208
Age : 46
Localisation : Poitiers
Emploi : emploi? C'est quoi ça emploi?
croyance: : pas vraiment agnostique mais pas vraiment athée non plus
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Mar 16 Juin - 17:39

Je viens de relire ce fil. Le débat y est très instructif. Taoufiq, si tu repasses par ici, que penses tu des derniers développements en Iran? La religion musulmanne ne sert elle pas de "rideau" pour cacher des vérités plus inquiétantes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques.forumculture.net/index.forum
joachim
clavier de bronze
clavier de bronze
avatar

Masculin Nombre de messages : 64
Age : 71
Localisation : Nord
Emploi : Retraité de la SNCF
croyance: : catholique de par le baptême, sans plus
Date d'inscription : 24/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Mar 23 Juin - 21:00

D'après ce que j'ai entendu, cette situation est plutôt une querelle d'hommes qu'une querelle dogmatique. L'un comme l'autre ne remettent pas en cause la suprématie des ayatollahs sur le pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Ange gardien du forum.
Ange gardien du forum.
avatar

Féminin Nombre de messages : 208
Age : 46
Localisation : Poitiers
Emploi : emploi? C'est quoi ça emploi?
croyance: : pas vraiment agnostique mais pas vraiment athée non plus
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   Mar 23 Juin - 21:55

Oui, il y a aussi ça, mais je me demandais aussi si l'islam n'est pas un peu trop politisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques.forumculture.net/index.forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'islam des fondamentalistes.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'islam des fondamentalistes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Chretiens Martyrs de l'Islam
» Pourquoi l’Islam fait peur ?
» MARIE ET L'ISLAM
» l'unicité de dieu en islam
» à abdnasser: absurdité de l'islam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une terre des religions :: Les trois grandes religions Monothéistes :: Islam-
Sauter vers: