Une terre des religions

Forum religions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Carthage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Ange gardien du forum.
Ange gardien du forum.
avatar

Féminin Nombre de messages : 208
Age : 46
Localisation : Poitiers
Emploi : emploi? C'est quoi ça emploi?
croyance: : pas vraiment agnostique mais pas vraiment athée non plus
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Carthage   Ven 29 Sep - 10:51

La civilistion carthaginoise, connue grâce à la légendaire Didon, a eu son panthéon. Il semble que des sacrifices aient été pratiqués pour satisfaire certains dieux.
Qui connait le panthéon et les pratiques religieuses de Carthage avant que Rome ne la réduise en cendres et impose son propre panthéon?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques.forumculture.net/index.forum
DavidLeMarrec
Mr Encyclopédie
avatar

Nombre de messages : 134
Emploi : à deux doigts de se retrouver avec l'avatar Bisounours ...
croyance: : syncrétisme gascon
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: Carthage   Ven 29 Sep - 22:00

Connue par la légendaire Didon pour les lyricopathes et virgilomanes, mais les titelivains aiment autant se référer à Hannibal. Smile Pas d'opéra d'envergure sur ce second sujet, d'ailleurs... Pourtant, même aujourd'hui, un opéra bref sur la pièce de Kaj Munk, ce pourrait être très sympathique.


Bref, le panthéon :

- Moloch. On lui offrait en effet des jeunes gens en pâture pour expier une faute ou se garantir la victoire. C'est en tout cas le nom qu'on lui donne couramment (notamment Flaubert dans Salammbô). Il s'agit en réalité d'une figure de Baal-Hammon.

- La seconde divinité fort connue est Tanit, d'origine phénicienne comme une large part du panthéon, la parèdre de Moloch. On parlait plutôt, à Carthage, d'Oum. Elle est liée à la lune, la virginité. Elle est la déesse tutélaire de Carthage - une variante d'Astarté.
C'est autour du voile de Tanit, le fameux zaïmph, que s'articule toute l'action de Salammbô. C'est là un objet tabou qui recouvre la statue de la déesse. Inutile de préciser quelle est la symbolique lorsque la grande prêtresse brûle d'amour pour le mercenaire Mâtho et qu'il vole le voile de la déesse-vierge...

On rencontre aussi d'autres divinités, comme Eschmoun (médecine) ou Melqart (expansion territoriale et découvertes), mais la civilisation carthaginoise, entièrement anéantie, ne nous a pas laissé d'écrits : nous la connaissons uniquement par des témoignages extérieurs et fragmentaires ou superficiels.


Pour se plonger au coeur de cette civilisation, il faut bien sûr lire la Salammbô de Flaubert et lire (pas d'enregistrement) la Salammbô de Camille du Locle / Ernest Reyer. Très bel ouvrage à leitmotiv, entre Wagner et Debussy, qu'on trouve aisément chez les vendeurs d'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Ange gardien du forum.
Ange gardien du forum.
avatar

Féminin Nombre de messages : 208
Age : 46
Localisation : Poitiers
Emploi : emploi? C'est quoi ça emploi?
croyance: : pas vraiment agnostique mais pas vraiment athée non plus
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: Carthage   Mer 17 Jan - 19:21

Pour info M'hammed Hassine Fantar est spécialiste de l'histoire de carthage et a écrit de nombreux ouvrages sur le sujet.

1) Le dieu de la mer chez les phéniciens et les puniques (Rome, 1977)

2) Eschatologie phénicienne et punique (Tunis, MTE, 1970)

3) L'Afrique du nord dans l'antiquité (en collaboration avec F.Decret, Paris, Payot, 1981)

4) Kerkouane, cité punique du cap bon (en 3 volumes, Tunis, INAA, 1984-1986)

5) Carthage, Approche d'une civilisation( en 2 volumes, Tunis, éditions de la Méditérannée, 1993)

Bonne lecture
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques.forumculture.net/index.forum
calbo
Ange gardien du forum.
Ange gardien du forum.
avatar

Féminin Nombre de messages : 208
Age : 46
Localisation : Poitiers
Emploi : emploi? C'est quoi ça emploi?
croyance: : pas vraiment agnostique mais pas vraiment athée non plus
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: Carthage   Lun 26 Fév - 21:47

Il y a aussi ceci pour découvrir la civilisation carthaginoise





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques.forumculture.net/index.forum
calbo
Ange gardien du forum.
Ange gardien du forum.
avatar

Féminin Nombre de messages : 208
Age : 46
Localisation : Poitiers
Emploi : emploi? C'est quoi ça emploi?
croyance: : pas vraiment agnostique mais pas vraiment athée non plus
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: Carthage   Mer 14 Mar - 14:29

Ce lien est beau et bien fait. Les photos qui illustrent les articles sont en plus fort belles. A visiter sans modération.

http://www.pheniciens.com/articles/religion.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques.forumculture.net/index.forum
calbo
Ange gardien du forum.
Ange gardien du forum.
avatar

Féminin Nombre de messages : 208
Age : 46
Localisation : Poitiers
Emploi : emploi? C'est quoi ça emploi?
croyance: : pas vraiment agnostique mais pas vraiment athée non plus
Date d'inscription : 22/09/2006

MessageSujet: Re: Carthage   Mer 14 Mar - 14:32

Voici l'article de wikipédia sur la religion phénicienne. N'oublions pas qui est à l'origine de la fondation de Carthage (hors légende bien sûr.)

La mythologie carthaginoise est en grande partie héritée des Phéniciens, mais intègre également certains aspects des cultes africains tel celui rendu à la déesse Tanit, variante locale d'Astarté (ou représentation d'Astarté), et au dieu Baal-Hammon (Ba'al Hammon). Tous deux sont au sommet du panthéon punique.
On observe une continuité religieuse, les anciens dieux phéniciens étant toujours vénérés chez les carthaginois (ou puniques), comme Astarté, Eschmoun (dieu de la médecine) et Melqart, dieu phénicien de l'expansion et de l'enrichissement de l'expérience humaine. Ils l'étaient particulièrement aux moments importants de leur histoire: pour rendre grâce du succès d'une expédition maritime, ou favoriser une entreprise militaire à venir.
Baal-Hammon, originaire de Phénicie, fut aussi influencé par des apports égyptiens; ainsi Ammon fut connu en Libye et dans pratiquement toute l'Afrique du Nord. Il fut assimilé à un dieu local dont la représentation était également un bélier. Ce dieu et son culte étaient liés au feu, au soleil.
Le terme punique baal signifie également en phénicien « maître », « seigneur », « citoyen » ; ce n'est pas exclusivement un terme à connotation religieuse. On retrouve le terme baal dans plusieurs prénoms carthaginois ; Hannibal, Hasdrubal, de même qu'on retrouve dans le nom Hamilcar la même racine que dans le nom du dieu Melqart auquel il est lié.
Cela suppose une tradition, une culture et une religion conservant son identité phénicienne en dépit d'influences externes, comme celles reçues des cultures et religions grecques et égyptiennes qui pénétrèrent profondément les milieux puniques. Cette religion tout en consolidant la reconnaissance identitaire aux Phéniciens d'occident, fut donc poreuse, absorba des caractéristiques externes.
La religion était affaire d'État, publique. Les prêtres n'intervenaient pas directement dans la politique ni intérieure ni extérieure de Carthage (ils ne jouent par exemple aucun rôle dans les guerres puniques mettant aux prises romains et carthaginois). Ils eurent une influence conséquente sur la société, profondément religieuse comme toute société antique. Ces cultes et leur pratique ont laissé des traces visibles dans les différentes colonies phéniciennes de Méditerranée occidentale, devenues carthaginoises, mais aussi chez les peuples entrés en contact avec la civilisation punique, comme les berbères de Numidie (ancien royaume situé entre l'Algérie et la Tunisie), les berbères de Maurétanie (Maroc), les Ibères du sud de l'Espagne (avec le royaume de Tartessos).
À l'époque romaine, le culte de Baal adoptera des traits de Jupiter, déité majeure du panthéon romain. Et au début du christianisme Baal sera encore connue.
De même, Melqart adopta des caractères du dieu grec Héraclès. Et un culte de la fertilité et la moisson hellène fut importée à Carthage (Déméter et Coré) lors de la guerre greco-punique.
Ainsi, les Puniques avaient foi en une vie après la mort. On trouve des chambres mortuaires (même si l'incinération était aussi pratiquée) où les morts, préparés pour leur vie suivante, étaient accompagnés d'offrandes en nourriture et boisson. Également, leur tombe était décorée comme une demeure ; on parfumait même le tombeau avant de le refermer. D'ailleurs, certains morts étaient couché (selon le rite oriental), alors que d'autres étaient en position fœtale (selon la croyance berbère) et enduis d'ocre, démontrant une influence locale, berbère sur la religion carthaginoise au moins dans le Maghreb. De même, on a retrouvé dans les tombes puniques des Baléares des statuettes typiques de la culture locale.
Il est même question de nécropole pour enfant, un tophet. Certains pensent que des sacrifices étaient pratiqués dans ce lieu ; mais le débat reste ouvert.
On notera une différence entre la religion d'État, publique, avec les cultes de Baal et Tanit, et la croyance populaire en des amulettes et autres talismans (protection contre les démons, maladie, etc.) à forte influence égyptienne. De même, on trouve des divinités égyptiennes comme le dieu nain dans les classes populaires.
les lieus de cultes découverts sont urbains, ceux situés en bord de mer (ports, etc.) profitent de leur contact avec les étrangers pour s'enrichir (offrandes, ex-voto, donation, etc.).
Les cultes sont structurés, avec une hiérarchie de prêtres dont les plus hautes fonctions sont occupées par les membres des familles les plus influentes de la cité, celles qui tiennent le pouvoir.
Les cultes ont un poids économique important par les offrandes (comme les viandes et autres denrées, boissons, etc.) faites aux dieux et aux prêtres. Il existe des tarifs en fonction de chaque demande.

Bibliographie :

François Decret, Carthage ou l'empire de la mer, Seuil, coll. « Points histoire », Paris, 1977 (ISBN 2020047128) ;

Michel Gras, Pierre Rouillard et Javier Teixidor, L'Univers phénicien, Hachette, coll. « Pluriel », Paris, 1995.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques.forumculture.net/index.forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carthage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carthage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livres sur Carthage
» Découvrir batteries et musiques de l'Empire
» ACTES DE SAINT CYPRIEN (VIE ET MARTYRE)
» Traduction française de H. Gibson (complet)
» SAINT LOUIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une terre des religions :: Mythologie Antique-
Sauter vers: