Une terre des religions

Forum religions
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
entropie
clavier de pin
clavier de pin
avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : Cherbourg
croyance: : athé
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Lun 23 Avr - 21:52

Olivier-Ange a écrit:
. A bientôt donc Entropie....

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier-Ange
clavier de pin
clavier de pin
avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Jeu 3 Mai - 22:32

La vie accident de la matière? Bon. Vous appelez ça ainsi.
C'est aussi la création, cet accident.
Je ne pense pas être un benêt qui croit que le monde a été créé en 7 jours. Il est clair qu'il a fallu des milliards d'années pour en arriver où nous sommes en partant du fameux bang qu'on dit big. Bien que cette théorie (car c'en est une) ne me satisfasse pas, je pense qu'elle peut correspondre au non moins fameux "fiat lux" narré dans l'ancien testatment.
Qu'un grand barbu ait claqué des doigts en disant abracadabra ne me satisfait guère non plus.
Mais d'où vient la force qui a suscité ce gros boum?
Où a t'elle pris son énergie pour propulser à des milliards d'années lumières toute cette matière jusque là concentrée?
Et cette fameuse matière où se trouvait-elle avant de bigbanguer?
Les astro physiciens disent qu'elle était concentrée en un point super-hyper-méga dense.... Mais d'où sortait-il ce truc?
Et les loi universelles gravitation, courbure de l'espace temps et tutti quanti, qui les a écrites?
Vous voyez bien que la science n'a pas de réponse...du moins pas encore.
Quant à la transcendance : l'amour! Mais c'est le coeur de la religion ou plutot de la foi. J'ai du mal a imaginer que ce ne peut être que le résultat d'un subtil dosage chimique de phéromones, d'endorphines et de produits chimiques....
Et quand bien même ce serait, le fait de pouvoir les analyser à défaut de les comprendre, n'est-il de nature à laisser penser que nous ne sommes pas simplement des machines à réaction chimique possédant une logique et un raisonnement....
Ne pas engager sa vie sur une illusion d'optique et quelquechose de sérieux que j'aprouve pleinement mais ne pas l'engager du tout sous prétexte qu'on ne voit pas bien est bien pire. J'essaie de l'engager pour les autres, mon travail ou ma famille et mes amis. Je n'ai ni la force ni la sainteté de l'engeger pour Dieu. Mais essayer de faire le bien est quand même plus satisfaisant pour le coeur et l'esprit que de ne pas le faire. Pas besoin de croire pour ça. C'est vrai....mais ça facilite les choses. Non pas pour être récompensé après mais pour tenter d'y voir plus clair hic et nunc.... cyclops

J'arrête là pour l'instant.
Mais dire que l'homme dans l'univers n'est que le fruit du hasard ou le résultat de la nécessité ne satisfait ni l'athée que vous êtes ni le croyant (qui doute parfois mais qui croit quand même) que je suis....
A bientôt!!! IOIIIO2PK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
entropie
clavier de pin
clavier de pin
avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : Cherbourg
croyance: : athé
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Sam 5 Mai - 19:09

Coucou Olivier-Ange ! Wink

J'ai pris l'habitude de tutoyer tout le monde sur les Forums , tu ne m'en voudras pas si je continus avec toi et que je t'invite à en faire autant ?
C'est plus sympa je trouves. Smile

Alors ! bounce
D'abord te dire que je ne te prend en aucun cas pour un Benet et que je n'ai rien vu dans tes propositions qui resemble à la croyance en un Dieu barbu qui claque des doigts pour creer le monde . D'ailleurs mes réponses ne sont pas du tout sur ce registre.
Ensuite , je distingue plusieurs problématiques dans ton post donc je vais tenter de les prendre une par une sans en oublier :

Le premier , c'est à dire le "D'ou vient ?"

Je reconais sans probléme que la science ne peut fournir que des explication limitées. Il arrives forcément un moment où "On ne sait pas" c'est incontestable! De là on a , en gros, deux choix :

1) Le Recours à la croyance.

2) L' humble aveu de l'ignorance. (eventuellement associer à l'idée qu'il n'y a pas de réponse)

Ma préference, tu t'en doute, vas à la seconde position. Pour plusieurs raisons.
A un croyant qui me demande de resister rationellement à la série des "d'ou vient ?" et qui me fait remarquer que forcément à un moment on n'as pas de réponse, je réponds que :
Je préfere un savoir qui sait délimiter ses contours , dire là où il sait et là où il ne sait pas, qu'une croyance qui à mes yeux sera toujours suspecte d'être un palliatif à la douloureuse prise de conscience de nôtre incapacité à saisir le monde ( Dire 'l'univers serait plus juste) dans lequel nous naissons , vivons et mourrons. L'Homme peut s'enorgeuillir de beaucoup de choses mais pas de tout savoir , de tout comprendre....C'est comme ça ! Je ne saurais dire si c'est tant mieux ou si c'est tant pis. Question

D'autre part, il y a quelque chose qui me gene dans le fait de répondre aux limites de la science par la croyance ...J'y voit une sorte d' attitude de tricheur..Ou plus exactement de mauvais joueur. (Comprend bien que je parle de l'attitude pas de ta démarche à toi , rien de personel la dedans bien sur Wink ) Mais cette maniere de changer les regles du jeu en cours de route parce que le resultat de la partie ne nous convient pas m'inspire une certaine perplexité.
L'exemple le plus flagrant en est le fameux cas Einstein. (je radote un peu avec ça Very Happy )
Lui qui à dut revendiqué la rationalité de la construction de sa théorie de la relativité pour dire qu'elle primé sur les refutations irationelles qu'on lui faisait. Lui qui s'est vu contester par des perceptions intuitives, des capacités à accepté , des idéologies, et qui opposé la rationalité comme moyen de prouver qu'il avait raison.
Ce brave monsieur c'est ridiculisé, plus tard, à faire ce à quoi ce sont ridiculiser c'est détracteurs : La rationalité ne lui permettant plus de confirmer ses croyances il a fait appel à l'irrationel : Dieu ne joue pas aux dés....N'est rien d'autres, selon moi, qu'un aveu d'impuissance profonde et peut être une des phrase la mieux représentative de ce que l'on pourrait définir comme le Tragi-comique (notion d'autant plus galvaudé et mal exploité en art qu'elle est proche du reel) .
Cette maniere d'utiliser la rationalité comme outils de démonstration quand ca nous arrenge et de changer d'outil dés que le résultat ne nous convient plus fait vraiment mauvais joueur.
C'est un peu comme si Eistein avait défier le reel dans une partie d'echec et que voyant qu'il etait en train de perdre la partie, décidé d'un coup, que la fin de cette derniere se ferait avec des cartes et les regles du poker !
Mauvais joueur , va ! 'pçoérngm

Et puis, je ne resiste pas à cette facilité qui ne manque pas de bon sens : Si quand on ne sait plus dire d'ou viennent les chose on répond "C'est Dieu qui les à crées" !
Que répond t'on à la question suivante :
"Ben alors qui a fait Dieu ?" scratch

Soit l'on considere que la rationalité est la meilleurs maniere d'apréhender le monde et alors on n'accepte les résultats indépendement du fait qu'il nous satisfasse ou non . Soit on entre dans une explication entierement mystic du reel.
Sinon , comme disent si bien les enfants : "C'est d'la triche !" KNLdkeép Wink


Ensuite : La Cause !

Indiscutablement la science ne saurait répondre à la question du "Pourquoi" .

Il y a peu, une de mes amies croyante (que je soupçone d'avoir secretement conçu le projet de sauver mon âme) m'as envoyer un livre dont je ne me souvient plus de l'auteur (je ne suis pas chez moi donc je ne peut regarder) et dont le titre est "Si Dieu existe, pourquoi le mal ?"
Je l'ai vaguement parcourus mais sans plus.....Parce que je trouves que la question est un parti pris et que je n'adhere pas a ce parti pris.
Il y aurait un "Pourquoi" ? Ah bon ? Pourquoi ? Laughing
Je ne voit aucune raison de postuler , à priori, d'une cause à l'univers , la vie , etc....
Je vois dans ce besoin de finalité plus d'orgeuil que de raison.
Ma réponse est simple : Pour rien !
Je comprend bien la panique qu'elle inspire chez certains.
Je vois même dans l'éssort de ces abérations conceptuelles que sont certaines "sciences Rolling Eyes Humaines" comme la psycologie et la sociologie, le fait qu'elle remplissent l'abime qu'a laissé , sur cette question, la mort de Dieu et la déperdition des religions.
La sociologie et la psychologie tentent de donner une raison et une explication à ce qui n'en à pas, une rationalisation à l'aléatoire etc...
Et avec des systémes de pirouettes qui font se rouler par terre les personnes qui n'ont pas d'interet existentiel dans cette question et se jetter dessus tout ceux qui devant l'abîme que révellent l'abscence de causes, sont prit d'un vertige qui leurs fait perdre la raison.
Je ne vois pas , personellement, d'autres moyens d'expliquer le succés ( y compris chez des personnes sensés) de ce tissus d'abérations tarabiscotés que constitue cette mauvaise literrature érrigé en systéme.
Ah si , j'en vois une autre ! Ces ""sciences"" humaines sont les filles matricides du récit , de la literrature , de la fiction consciente d'elle même et pour tout dire : Du Roman !
La fiction, quand elle s'avoue comme tel, permet d'ateindre le reel avec les risques que l'on connait depuis Icare !
Alors que quand elle prétend être le reel même , en faussant le jeu dés le départ, elle en protége définitivement.

Donc à la question de la cause , du "Pourquoi ?" : Ma réponse est assez simple et je te la redonne : Pour rien !
Tu vas me répondre que ce n'est pas satisfaisant ? Et je te répondrais que je ne choisit pas mes réponse en fonction de leurs capacité à me satisfaire mais, disont, en fonction de leurs dégrés de probabilité .
Bien sur , je n'ai aucune preuve de ce que je dit là . Il ne s'agit pas de "vraie" je parlerais plutot de "vraisemblable".

La nature du rapport entre Religion / Amour/ Transcandance.

Pour ce qui est de la trancscendance et de l'amour qui seraient le coeur de la religion et de la foie je trouves que c'est une acceptation bien loins de prendre en compte tout les effets de la religions dans le reel.
On as quand même pas mal massacré en son nom....Que ce soit au nom de l'amour et de la transcandance n'as pas du rendre plus rejouissante les souffrance des victimes. No
Donc non ! Le coeur de la religions n'est ni l'amour ni la trancsendance ....Le coeur de la religion, d'aprés moi, est le besoin de certitudes , de réponses , de finalités, de consolation et même le besoin d'amours et de transcance si on veut.....Mais pas la chose elle même...Juste le besoin de la chose.
Le coeur de la religion etant un besoin , la religion est un outil de réponse à ce besoin.
Le probléme de l'outil c'est qu'il y a plusieur maniere de s'en servir....Avec le même marteau on peut construire une maison et fracasser un crane.
Pour ce qui est de mon besoin d'amour , de transcandance , de consolation etc.... Je le cherches, et trouve même parfois chaque fois que je peut, dans le reel et aussi dans cette grande tentative de narration par la fiction consciente qu'est l'art !
Je peut même le chercher dans les textes religieux pour peu que je les lisent comme des fiction auto-narratives....Il y a de trés belle chose dans la bible, par exemple, pour peu qu'on la prenne pour ce qu'elle est : Le récit d'une fiction !
Il ya dans l'imense creation artistique humaines largement de quoi alimenter notre recherches sur ces épineuses questions et même parfois ; au détour d'un moment ou d'un instant on as la chance d'en faire l'expérience " Pour de vraie" comme la encore , disent les enfants.

La religions comme moyen de s'ouvrir à l'autre , de s'engager, et d'être "bon"

Tu reconais toi même qu'elle n'est pas nécessaire pour cela , en ce qui me concerne elle ne me serais même pas utile.
Mon gout pour l'altérité ne s'alimente que de la conscience de ma propre incomplétude. Et celle çi etant infinis je suis à l'abris de toute forme d'égoisme.
Mon gout pour l'engagement s'epanouissant dans le fait d'essayer de tenter honêtement l'experience de vivre , il ne s'alimente que de mon désir de vivre...Quand celui ci ne sera plus assez fort il y a une conséquence qui inclue la solution. Elle est assez radicale et pour tout dire : Définitive.
Tant qu'a mon envie d'être bon, je me sert de mon orgeuil et de ma paresse : Quand on est mauvais les gens ne vous aiment pas et c'est trés vexant, alors je profite de mon amour propre pour être "gentil" ca a géneralement l'avantage de déclencher une sympathie qui flate mon orgeuil.
Et puis la méchanceté , c'est fatiguant , faire le mal entraine souvent que les gens vous le fasse , cela implique méfiance , stratégie , calcul , "qui vive" permanent.....Trop compliqué et trop fatiguant pour un flémard comme moi.
Pourquoi aller chercher à l'exterieur de moi les raisons d'etre bon alors que je dispose de tout les défauts qui me permette de l'être sans effort ?


Ah , encore un défaut qui me garde de tout dénie de la richesse de l'altérité : Je suis bavard !
Mais ne le dit à personne c'est un secret. Laughing
J'espere simplement que le fait de tant parler ne m'empeche pas totalement de dire quelques pettites choses quand même. opkà0ç


IOIIIO2PK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier-Ange
clavier de pin
clavier de pin
avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Dim 6 Mai - 9:09

Finalement on n'est pas très loin l'un de l'autre...

Ta tartine m'a fort intéressé et rejoint mon sentiment sur pas mal de points.

1)Le d'où ou si on préfère : le doux ou le Doubs.... opkà0ç

On ne sait pas d'où on vient. OK. Le recours à Dieu est un faux fuyant. Ok.

Mais en quoi est-il gênant? J'ai répondu dans un autre post que l'absence de ce recours n'empêcherait aucunement les horreurs dont l'homme est capable.
Les théories physiques biologiques, etc...ne répondent pas à tout. La religion non plus mais elle propose un système cohérent qui, de surcroit, permet à l'homme de devenir meilleur (même s'il ne réussit pas toujours, le système).
Rien que pour ça il mérite qu'on s'y arrête et qu'on y réflechisse.

2) Le Pourquoi:
Effectivement pour rien. Nous sommes l'effet qui n'a pas de cause. Quel dommage...
Que change à la vie le fait de se dire que nous avons été créés par amour avec des tatonnements, des erreurs, une évolution etc... On dit que Dieu est infiniment tout ce qu'on veut mais pas tout puissant.
Deux choses pour illustrer cette théorie :
- Il n'est pas intervenu pour empêcher les horreurs (dont la Shoah)
- Il n'a pas fini son boulot quand il a créé le monde.
Ces deux images ont l'avantage de laisser à l'homme toute sa responsabilité et l'obligent à se prendre par la peau du c... pour terminer le travail commencé.
En revanche il permet de le guider sur la voie la moins mauvaise.... à défaut de la meilleure

3 et 4) Le rapport amour religion trascendance altéritéOn en arrive là au message religieux lui-même. Quel philosophe aurait suffisament de sagesse d'influence et de charisme pour permettre à l'humanité de pratiquer ces vertus sans trancendance sans espoir et sans penser dque de tels sentiments ne peuvent émaner que d'une puissance supérieure. C'est pourtant pas ce qui manque de gens intelligents, bons et tout et tout...
En vérité je te le dis! lol!
Aucun d'eux ne peut avoir la puissance de la religion relayée par ses prêtres et ses fidèles pour permettre la diffusion d'un tel message d'amour de tolérance et de bonté.
Je pars dans quelques jours en pélerinage à Lourdes, non pas pour espérer un quelconque miracle ou une apparition mais pour m'unir à ceux qui venant de partout seront là bas en m^me temps à penser sensiblement à la même chose, revoir des amis, sentir cette communion avec des inconnus des étrangers etc...
Il n'y a guère que la religion qui permette cette union des coeurs...et des esprits!!!
Mais je ne souhaite pas absolument te recruter et te comprends d'autant mieux que j'ai longtemps pensé la même chose que toi.... Very Happy
En revanche je ne peux que t'encourager à chercher encore.... Wink

A plus Entropie!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
entropie
clavier de pin
clavier de pin
avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : Cherbourg
croyance: : athé
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Dim 6 Mai - 16:42

Olivier-Ange a écrit:

1)Le d'où ou si on préfère : le doux ou le Doubs.... opkà0ç

On ne sait pas d'où on vient. OK. Le recours à Dieu est un faux fuyant. Ok.

Mais en quoi est-il gênant?

Heueu...J'ai comme l'impression que la réponse est dans la question, non ?
Il est génant dans le fait qu'il soit un faux fuyant . Wink

Olivier-Ange a écrit:

J'ai répondu dans un autre post que l'absence de ce recours n'empêcherait aucunement les horreurs dont l'homme est capable.
Les théories physiques biologiques, etc...ne répondent pas à tout. La religion non plus mais elle propose un système cohérent qui, de surcroit, permet à l'homme de devenir meilleur (même s'il ne réussit pas toujours, le système).
Rien que pour ça il mérite qu'on s'y arrête et qu'on y réflechisse.

Olivier-Ange a écrit:

En revanche il permet de le guider sur la voie la moins mauvaise.... à défaut de la meilleure


Tu ne peut à la fois réfuter que la religion est à l'horigine des horreurs que l'on commet en son nom et revendiquer les belles chose que l'on fait en son même nom !
Soit la religion est résponsable des effets qu'elle à sur les comportements humains et alors on prends le tout , pas seulement ce qui est plus valorisant pour elle de revendiquer.....Soit si on lui fait cadeaux des horreurs en disant qu'elles auraient bien eu lieux sans elle mais du coup on reconait qu'elle n'est pour rien n'ont plus dans ce qu'elle à produit de meilleurs. Le meilleurs aurait eu lieux, a lieux et aura lieux sans religion !

Olivier-Ange a écrit:

2) Le Pourquoi:
Effectivement pour rien. Nous sommes l'effet qui n'a pas de cause. Quel dommage...

Pourquoi quel domage ?
Moi ca ne me géne pas.

Olivier-Ange a écrit:

3 et 4) Le rapport amour religion trascendance altéritéOn en arrive là au message religieux lui-même. Quel philosophe aurait suffisament de sagesse d'influence et de charisme pour permettre à l'humanité de pratiquer ces vertus sans trancendance sans espoir et sans penser dque de tels sentiments ne peuvent émaner que d'une puissance supérieure. C'est pourtant pas ce qui manque de gens intelligents, bons et tout et tout...
En vérité je te le dis! lol!
Aucun d'eux ne peut avoir la puissance de la religion relayée par ses prêtres et ses fidèles pour permettre la diffusion d'un tel message d'amour de tolérance et de bonté.

Mais je n'ai pas vu qu'aucun prophete , messi, religion n'est cette puissance non plus.
Je ne voit pas que le religion "permette à l'humanité" tout ce que tu dit....Je ne sait si le fait que la "diffusion du message" ne se fait pas vient du recepteur ou de l'émeteur.
On peut aussi faire l'hypothése qu'il vient du message lui même. De son manque de fondement par exemple.

Olivier-Ange a écrit:

Je pars dans quelques jours en pélerinage à Lourdes, non pas pour espérer un quelconque miracle ou une apparition mais pour m'unir à ceux qui venant de partout seront là bas en m^me temps à penser sensiblement à la même chose, revoir des amis, sentir cette communion avec des inconnus des étrangers etc...
Il n'y a guère que la religion qui permette cette union des coeurs...et des esprits!!!

Tu sais à quoi me fait penser tout cela ?
A ce que certains communistes sincére m'ont raconté de la fête de l'huma.
Ne le prend pas mal mais c'est franchement trés ressemblant et celui qui c'est retrouver au millieux d'une foule chantant la même chanson, pensant un certains nombre de chose en communs etc...Celui la verra de quoi je parle. Une foule qui se met à chanter l'international ca te prends au tripe , vraiment ! Et la comunauté de pensée que tu as avec chacune des personnes présente creer une conivence , une bienveillance envers l'inconnu. Ce sont de beaux moment , vraiment.
Mais a y bien réflechir ni la religion , ni le comunisme ni sont pour rien.
Je chercherais plutot du coté de la comprhéension des comportement de groupe , de leurs dynamique etc....

Aimes tu le foot ?
As tu déja entendu les commentaire de quelqu'un qui c'est retrouver au milleux d'anfield pendent le "You'll never walk alone" ?

Tout cela est magnifique , sincérement.....Mais dangereux aussi ! Tellement dangereux ! No

Je me passerais d'exemple sur d'autres "communion" dans des comunauté qui ne sont pas défendable.


Olivier-Ange a écrit:

mieux que j'ai longtemps pensé la même chose que toi.... Very Happy
En revanche je ne peux que t'encourager à chercher encore.... Wink

J'ai fait le chemin inverse du tient.
Pour ce qui est de chercher encore , mon seul principe etant celui de l'incertitude je ne risque pas d'arreter.
Mais ne pouvant chercher dans tout les sens j'oriente mes recherches quand même. Et j'avoues que la croyance , la foi, la religion ne fait guere parti de mes priorité.....

Je ne saurait jamais lire les sonnets de schakespear dans le texte d'origine et cela me rend infiniment plus triste que de ne pas croire en Dieu. No


A plus Olivier-Ange ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier-Ange
clavier de pin
clavier de pin
avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Mer 9 Mai - 14:59

Donc n'en parlons plus.
Je ne cherche à convaincre personne.
Je ne suis pas totalement convaincu moi-même mais le peu de principes que je partage, je les retrouve plus dans le religieux et les gens sincères qui le pratiquent que chez ceux, non moins sincères, qui ne le pratiquent pas.
J'ai donc fait un choix raisonné résultant de la logique (-ou du moins d'une certaine forme de logique) plutôt que celui résultant de l'éducation ou de la passion.

Il me semble que l'essentiel n'est pas de forcément trouver Dieu mais bien de le chercher en se rapprochant de l'éthique de ceux qui prétendent l'avoir rencontré. Même si certains d'entre eux sont imparfaits ou discutables, ils me semblent que s'ils se sont conformés au message des deux testatments, ils ne peuvent être foncièrement mauvais.

Tout le reste n'est que (mauvaise) littérature et procès d'intention.

Les athées n'avaient pas l'inquisition mais le goulag ou les camps d'extermination, les athées n'avaient pas les croisades mais la colonisation, les athées n'avaient pas les buchers mais les fours crématoires et les asiles psychiatriques, etc... les exemples ne manquent pas.
L'inverse est d'ailleurs aussi vrai : les athées n'ont pas de saints mais ils ont ......... mais qui donc, au fait? Auguste Blanqui? Louise Michel? Emile Zola? Victor Schoelcher?.....

On peut faire tout et son contraire au nom de la religion comme au nom de l'athéisme.
L'essentiel est de tolérer le tolérable et de combattre l'intolérant parce qu'intolérable, qu'il soit religieux ou pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
entropie
clavier de pin
clavier de pin
avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : Cherbourg
croyance: : athé
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Mer 9 Mai - 15:46

Olivier-Ange a écrit:
Donc n'en parlons plus.
Je ne cherche à convaincre personne.

Moi non plus ! Et c'est justement pour cela que l'on peut en parler. Wink

Olivier-Ange a écrit:

J'ai donc fait un choix raisonné résultant de la logique (-ou du moins d'une certaine forme de logique) plutôt que celui résultant de l'éducation ou de la passion.

Moi aussi ! Mais comme tu l'évoques, il existe plusieurs logique.

Olivier-Ange a écrit:

Il me semble que l'essentiel n'est pas de forcément trouver Dieu mais bien de le chercher

Je dirais , personelement que l'essentiel n'est pas de chercher Dieu mais de chercher et de chercher vraiment.

Olivier-Ange a écrit:

Les athées n'avaient pas l'inquisition mais le goulag ou les camps d'extermination, les athées n'avaient pas les croisades mais la colonisation, les athées n'avaient pas les buchers mais les fours crématoires et les asiles psychiatriques, etc... les exemples ne manquent pas.
L'inverse est d'ailleurs aussi vrai : les athées n'ont pas de saints mais ils ont ......... mais qui donc, au fait? Auguste Blanqui? Louise Michel? Emile Zola? Victor Schoelcher?.....

La colonisation a su faire appel à des justifications religieuses , il fallait évangélisé les pauvres égarés , les camps d'extermination ce sont quand même servi de la notion d'identité religieuse en visant fortement les juifs, etc...
Mais qu'il y est des horreurs religieuses autant qu'athées je ne dit pas le contraire , c'est évident !

Olivier-Ange a écrit:

On peut faire tout et son contraire au nom de la religion comme au nom de l'athéisme.
L'essentiel est de tolérer le tolérable et de combattre l'intolérant parce qu'intolérable, qu'il soit religieux ou pas!


Mon propos est justement de dire qu'il n'y a pas de lien de causalité entre le fait d'être croyant où athé et celui d'être bon où mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier-Ange
clavier de pin
clavier de pin
avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Mer 23 Mai - 12:45

Nous sommes donc d'accord sur la conclusion à laquelle nous parvenons par des chemins opposés.
N'est-ce pas là l'essentiel?
Que des gens avec un tantinet de jugeotte puissent, à partir de convictions opposées, parvenir, tout en les gardant, à se mettre d'accord sur les mêmes valeurs est quand même le signe que la raison mâtinée d'une certaine éthique spirituelle est le meilleur moyen de parvenir à la tolérance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jolan
clavier de bronze
clavier de bronze
avatar

Masculin Nombre de messages : 64
Age : 42
Localisation : Rouen
Emploi : Sans
croyance: : Sans
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Sam 26 Mai - 16:22

Ou pas.
Je suis persuadé, contrairement à vous, que la religion est source de beaucoup plus d'horreurs comme vous dites que l'athéisme.
Selon moi la religion est irrémédiablement intolérante.
Pas individuellement et intimement, dans sa quête spirituelle intérieure, sur de beaux concepts tout purs et beaux comme un nuage immaculé, mais dans sa globalité, au fil des âges, dans ce qu'elle a engendré massivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.paysagesinterieurs.com
Olivier-Ange
clavier de pin
clavier de pin
avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Dim 27 Mai - 11:32

Ce n'est certainement pas une question d'arithmétique et de comptabilité de cadavres.
Je ne nie pas les horreurs commises voire à commettre au nom de Dieu, mais je pense que les valeurs des écrits vétéro ou néo testamentaires véhiculent plus de valeurs humanistes que les principes de recherche du plaisir,du bonheur, de l'argent etc....
L'amour, le respect d'autrui, des parents, la recherche du bien de l'autre, etc, etc....
Après reste à mettre tout ça en musique et ce n'est pas le plus facile!!!! Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saint Glinglin
clavier de plastique
clavier de plastique
avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 16/02/2013

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Jeu 27 Mar - 0:06

Bonsoir.

Je ramasse les morts pour peupler mon nouveau forum oecuménique :

http://nefdesfous.forumactif.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pastafarisme.forumactif.org/
joachim
clavier de bronze
clavier de bronze
avatar

Masculin Nombre de messages : 64
Age : 71
Localisation : Nord
Emploi : Retraité de la SNCF
croyance: : catholique de par le baptême, sans plus
Date d'inscription : 24/09/2006

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Sam 13 Juin - 21:34

Bonsoir Saint Glinglin (avec un pseudo pareil, tu es sérieux ? Laughing )

En visite sur ce forum depuis très longtemps, (mort mais quand même pas supprimé), je vois que tu nous indiques l'adresse de ton forum, je vais donc aller y faire un tour, mais je ne te promets pas de m'y inscrire. On verra. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saint Glinglin
clavier de plastique
clavier de plastique
avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 16/02/2013

MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   Sam 13 Juin - 21:42

Bonsoir Joachim.

Je n'ai pas ramassé grand monde depuis ce temps.

Mais j'ai posté quelques sujets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pastafarisme.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'en est-il vraiment de l'athéisme ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» L'athéisme militant
» La religion, l’athéisme et la morale.
» athéisme et morale ou éthique
» L’athéisme conduit au nazisme
» L'athéisme n'est pas une religion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une terre des religions :: Athéisme... et sans religion fixe SRF-
Sauter vers: